Preloader image

Musée virtuel

de l'informatique

|

à la Banque de France

Histoire de l'informatique à la Banque de France

L’informatique à la Banque de France : une révolution qui a commencé dès les années cinquante.
À cette époque, la mécanographie laisse peu à peu place à l’électromécanique et aux tous premiers ordinateurs.

Le mot d’ordre : automatiser, moderniser. Une évolution nécessaire marquée en 1968 par la création d’une direction spécifique, l’Organisation et Informatique et d’un service majeur, le Centre électronique de traitement de l'information (CETI), au cœur du déploiement des dernières technologies.

De réorganisation en restructuration, ces deux entités changeront d’identité, de structure mais feront de la Banque une pionnière dans ce domaine en constante évolution. Aujourd’hui, télématique, bureautique, numérique gouvernent toutes nos activités, prouvant que notre établissement a toujours su tirer le meilleur parti de l’informatique pour être innovante.

Découvrez en images l’histoire de l’informatique à la Banque de France.

1953-1977

Acte I

Acte I : 1953 - 1977

L’extravagance des années folles a entraîné un regain de dynamisme et les années 50 vont être le fer de lance de l’innovation dans tous les domaines.

La Banque de France ne sera pas en reste, devenant la première banque française à s’équiper de matériel à cartes perforées.

Les ateliers de mécanographie vont se multiplier jusqu’à l’arrivée à la Comptabilité générale du premier ordinateur IBM en 1958 suivi en 1959 par l’IBM 650 pour les titres.

La révolution du traitement des données est en marche et dix ans plus tard l’ordinateur de compensation de la Banque de France sera considéré comme le premier système de compensation au monde !

Découvrir

1978-1985

Acte II

Acte II : 1978-1985

La bureautique entre à la Banque de France, l’automatisation des tâches devient une réalité. Machines électroniques puis micro-ordinateurs vont profondément modifier les méthodes de travail. Un tournant décisif qui permet plus de sécurité et de traçabilité, des économies de temps et de papier et un accès plus démocratique à l’information.

Cette période sera placée sous le signe du dynamisme : acquisition de matériels, création de logiciels, mise en place de réseaux de communication, c’est un vent nouveau qui souffle sur notre institution.

Découvrir

1986-1999

Acte III

Acte III : 1986-1999

Des années charnières  qui seront le signe d’une véritable mutation. Notre institution est au cœur des enjeux économiques et financiers de la France. Elle se doit de tirer parti de la technologie pour assurer la fiabilité et l’intégrité de ses données.

Cette période sera celle des changements : bouleversement des méthodes de travail avec l’Outil multi-fonctions (OMF), augmentation des performances grâce à des matériels perfectionnés, développement des réseaux, de l’informatique d’études, des banques de données, création de logiciels,… Une véritable révolution.

Découvrir

2000 - 2016

Acte IV

Acte IV : 2000 - 2016

Les années 2000 ouvrent l'ère du digital à la Banque de France.

Tandis que l'iPhone et l'iPad entrent au catalogue des outils de mobilité, l'entreprise se dote de data centers à la pointe de la technologie. Ultrasécurisés et aux normes HQE, les centres de Serris et Noisiel hébergent le système d'information de la Banque de France, les données informatisées du Trésor public, et de nombreuses applications de la Banque centrale européenne.

Tournée vers l’avenir, la Banque de France innove, s'implique dans la mise en oeuvre des nouvelles technologies comme la blockchain et enrichit sa relation avec les fintechs.

Découvrir